Comment dynamiser vos temps de restitution en atelier ?

 

Qui improvise un discours, en dit trop ou trop peu.

Proverbe latin

Finis les temps de restitution ronflants qui s’éternisent, qui explosent vos timings et où la moitié de l’équipe n’écoute pas ce qui est partagé !

Fini de voir des porteurs de parole qui relisent leurs notes ou leurs post-it, à moitié volontaires, à moitié convaincus par ce qu’ils disent !

Oui, moi je dis fini tout ça !

Alors comment dynamiser vos temps de restitution en atelier ?

Dans cet article, nous vous proposons 4 astuces pour transformer vos temps de restitution, les rendre plus dynamiques et plus appropriables.

Mais pourquoi s’intéresser aujourd’hui à ces temps de restitution et finalement à quoi servent-ils ?

La taille idéale d’un groupe de travail est de 6 participants plus ou moins 2 (soit entre 4 et 8 personnes). En sachant cela, à partir du moment où vous animez des temps collectifs avec un groupe de plus de 8 personnes, il vous faut créer des petits groupes. Pour éviter de paralléliser leur travail vous allez avoir besoin qu’ils partagent entre chaque sous-groupe : c’est à ce moment-là qu’il vous est nécessaire de proposer des temps de restitution.

Si vous menez une démarche de co-construction, ces temps de partage sont essentiels car ils vont vous permettre d’aligner l’ensemble du groupe sur le travail produit par chacun des sous-groupes. Cela permettra ensuite d’avancer collectivement étape par étape de co-construction. 
Il est donc important que ces temps soient suffisamment efficaces pour que les participants puissent rebondir sur les réflexions des sous-groupes.

Voici 4 astuces pour dynamiser efficacement vos temps de restitution.

1 – Allouez un temps suffisant pour la préparation des restitutions

Incluez dans vos déroulés d’atelier au moins 5 minutes de temps préparatoire. Cela permettra aux participants de chaque sous-groupe de nommer un rapporteur, mais aussi de préparer correctement la restitution de leur production.

De cette façon, les rapporteurs seront bien préparés et vous ne les mettrez pas en porte-à-faux face aux autres participants. Ce travail préparatoire est un temps souvent très utile car il sert à prendre du recul collectivement sur la production.

C’est l’occasion pour les participants de continuer à échanger en sous-groupe, de donner un sens commun à ce qui a été produit.

2 – Soyez clair sur les objectifs des restitutions

Lorsque vous donnez les consignes de préparation des restitutions, énoncez clairement les objectifs et dites précisément à quoi serviront ces temps de partage.

L’objectif est souvent de converger ensemble sur la base de ce qui est produit en sous-groupe, ce qui permet ensuite d’avancer sur les étapes suivantes prévues dans l’atelier. 


Cependant les participants n’ont pas souvent conscience que les restitutions sont toutes aussi importantes que les productions en groupe. Ces restitutions ont des objectifs opérationnels et ne sont pas simplement des temps de célébration sympathiques des productions de chaque sous-groupe.

Plus vous serez précis dans les objectifs que vous donnerez, plus les restitutions seront claires, précises et convaincantes.

3 – Proposez un format structuré pour ces restitutions

Je propose souvent aux participants de restituer leurs productions sous forme d’un pitch de 2 à 3 min. La forme du pitch invite les rapporteurs à réaliser une synthèse convaincante et dynamique, et à insister sur ce qui est à retenir. Finies les restitutions soporifiques !

Attention aux formes trop ludiques (saynètes, sketch, …). C’est sympa à vivre, cela fait rire les participants mais la forme prend alors le dessus sur le fond et les participants ne prêtent plus attention à ce qui est dit.

4 – Chronométrez les restitutions

Annoncez en avance le temps que les rapporteurs auront pour restituer. Cela aidera les sous-groupes à dimensionner au mieux leur synthèse pendant le temps préparatoire.

Et pour que ces temps soient respectés, faites jouer le timeboxing : chronométrez les temps de passage. Vous pouvez même afficher des timers pour responsabiliser les participants dans la gestion de leur temps.

De cette façon, les temps seront respectés et vous éviterez les restitutions à rallonge qui explosent vos temps d’atelier et qui endorment les participants !

En espérant que ces quelques conseils vous aideront à renforcer l’efficacité de vos temps de restitution !

À propos de Margaux Pasquet

Facilitatrice et formatrice WORKLAB

à lire aussi

atelier collaboratif - gestion crise

Comment gérer une situation de crise ? Réunion de famille VS atelier collaboratif – Épisode 4

Vous re-voilà ! Nous vous attendions pour le dernier épisode de la série « Réunion de famille …

atelier collaboratif - posture facilitateur

Quelles postures à adopter en tant que facilitateur pour bien accueillir son groupe ? Réunion de famille VS atelier collaboratif – Épisode 3

Précédemment dans les articles-épisodes « réunion de famille VS atelier collaboratif », nous avons vu à travers …

2 comments

  1. Merci pour ces conseils astucieux ! Ca semble si évident lorsque c’est dit 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *