La panne d’idées lors d’un atelier de créativité : 3 techniques ludiques pour l’éviter

Le coup de la panne…d’idées

Et là, comme un flash, une pensée noire vous traverse : Et si votre groupe vous faisait le coup de la panne d’idées ?
Imaginez un atelier de créativité complètement stérile : le néant, le vide intersidéral, que dalle, rien…
Et si c’était ça le résultat de votre prochain atelier… je suis persuadé que vous vous êtes déjà fait cette remarque à la veille d’un atelier de créativité (en tout cas moi oui) !
Cette question est légitime, vous qui êtes facilitateur en herbe, ou tout simplement peu habitué à faire à ce genre d’exercice, je vous conseille les 5 clés de réussite suivantes :

1 – Préparez votre atelier avec les 7P

Avez-vous préparé correctement votre atelier ?  Etes vous sûr de vous être posé toutes les questions et surtout les bonnes ? Peut être que non ! Voilà pourquoi je vous recommande les « 7P », technique tirée de « Gamestorming » dont nous vous avons déjà parlé dans plusieurs de nos articles.

Alors à quoi servent ces 7P ?
Tout simplement à structurer la préparation de votre workhop afin d’être certain de ne rien oublier. Encore une fois, un atelier ne sera productif et à valeur ajoutée que si vous l’avez suffisamment préparé ! Vous pourrez ainsi adresser la bonne problématique. Si vous êtes à coté de la plaque, vos participants risquent de ne pas comprendre l’objectif, et de ce fait être complètement freinés dans leur production d’idées.

Technique de préparation : Les 7P

  1. Purpose : Quels sont les objectifs du workshop ? Pourquoi vous réunissez-vous ?
  2. People : Qui va participer ? Quel rôle les personnes vont-elles jouer ? Quelle est la cible finale ?
  3. Product : Qu’est ce qui est attendu en sortie du workshop, y’a t’il des livrables à fournir au(x) commanditaire(s) ?
  4. Process : Issus des 3 éléments précédents, l’item process se concrétise au travers d’un agenda et d’une série d’activités et d’exercices. Qu’allez vous mettre en œuvre pour répondre aux objectifs, compte tenu des participants et de l’output attendu ?
  5. Préparation : Avez vous besoin d’un travail de préparation au préalable de la part des participants ? Doivent-ils rassembler ou imprimer certaines pièces ?
  6. Practical concerns : Quels sont les éléments de logistique dont vous aurez besoin ? (réservation et agencement de la salle, horaires, déjeuner, barco, post-it, paperboard, whiteboard, marqueurs…)
  7. Pitfalls : En gros, quels sont les risques associés et comment les gérer ?

Merci à Jean-Claude Grosjean pour la traduction des 7P que nous avons repris pour notre article.

2 – Proposez un icebreaker créatif !

Imaginez que vous avez planifié votre atelier de créativité un matin à 9h,et vous attendez de vos participants qu’ils vous sortent des idées originales.

Être créatif sur commande, ce n’est pas si simple…surtout le matin à 9h, pour certain(e)s la transition avec les bouchons pour arrivez jusqu’au bureau peut-être douloureuse.

Voilà pourquoi, on vous encourage vivement à conditionner vos participants à la créativité.

L’idée est qu’il lâche prise et de les inviter à diverger dès le début de votre session.

Voilà pourquoi nous avons créé notre cube icebreaker créativité.

Quel est le principe de ce cube ?

Chaque participant va lancer le dé et répondre à une question posée :

  • Si vous étiez un objet lequel seriez-vous ?
  • Que feriez-vous différemment si vous aviez 3 pouces ?
  • Quel talent ou super pouvoir aimeriez-vous avoir ?
  • Quelle innovation a selon vous le plus changé le monde ?
  • etc…

Toutes ces questions sont décalées et forcent à sortir du cadre, exactement ce dont vous avez besoin pour votre séance de créativité.

3 – Faites une purge avec un diagramme des affinités

Pour vous prémunir de la panne d’idées et vous garantir une production minimale d’idées, rien ne vaut un bon exercice de purge : du brownpaper, des post-it, des marqueurs et c’est parti pour un bon vieux brainstorming.
Atelier de créativité : la technique du diagramme des affinités
Atelier de créativité : la technique du diagramme des affinités

Technique de brainstorming : le diagramme des affinités

  1. Commencez par distribuer quelques post-it et un marqueur à chacun de vos participants.
  2. Demandez-leur ensuite de réfléchir individuellement 5 bonnes minutes à la question que vous venez de leur poser et qui correspond à la problématique adressée.
  3. Avant cela donnez-leur quelques principes de base : ne les limitez pas en nombre d’idées, faites produire un maximum, indiquez-leur de noter 1 idée par post it.
  4. Une fois ce temps de réflexion individuelle terminé, demandez à vos participants de venir présenter à tour de rôle leur post it.
  5. En tant que facilitateur, votre rôle sera alors de catégoriser les idées par affinités, regrouper les doublons, et faire interagir les participants.
Je vous conseille également de bien « timeboxer » votre brainstorming, lors de la phase de réflexion individuelle. En leur mettant cette « pression créative », vous augmenterez leur production d’idées. Pris par le temps, les participants éviteront de se poser trop de questions avant de noter leur idée sur le post it.

3 – Faites travailler le cerveau droit

Comme nous l’avons vu lors de la 2ème clé, réaliser un diagramme des affinités vous garantit une production d’idées minimale. Seulement, pendant cette phase de purge ce sont bien souvent de fausses bonnes idées. Il s’agit alors d’éviter la panne de bonnes idées !
Pour cela, je vous invite fortement à faire un jeu de créativité pour aller titiller le cerveau droit de vos participants et les amener à penser différemment.

Technique de créativité : La provocation

Il y a quelques temps, j’ai organisé une session de créativité réunissant plus d’une centaine d’auditeurs et dont l’objectif était de dynamiser une réunion d’information menée en audio-conférence.
Pour faire produire des idées innovantes à mon groupe, je les ai volontairement provoqué en leur posant la question suivante : Que faudrait il faire pour rendre cette réunion la plus chiante possible ?
Immédiatement, le groupe a réagi et a commencé à répondre à la question. Préalablement, j’avais collé au mur deux feuilles de paperboard, sur la première j’ai commencé à noter toutes les réponses. Nous avons continué jusqu’à ce que le groupe n’ai plus aucune idée. Ensuite, nous avons repris ensemble chacune de ces « mauvaises idées » pour essayer de les transformer en bonnes idées que j’ai noté sur la seconde feuille de paperboard.
Exemple de mauvaise idée : l’animateur de réunion fait défiler son powerpoint comportant 50 slides incompréhensibles
transformée cela donne : limiter le temps d’un sujet à 20 min, avec un maximum de 20 slides contenant au moins 1 image dans l’esprit des Keynotes d’APPLE.

Technique de créativité : Le coach personnel 

En bonus, je vous propose une technique d’animation alternative, elle s’appelle le coach personnel.
À l’aide d’un jeu de cartes vous invitez vos participants à se glisser dans les baskets de personnalités célèbres pour qu’ils génèrent des idées à travers leurs modes de pensées.
Comment ça marche ?

Faites choisir une carte au hasard et demander aux participants « qu’aurait fait Barak Obama  pour résoudre cette problèmatique ? ».

Et ça marche ! C’est une aide précieuse pour trouver des idées originales et décalées.

Laissez nous votre commentaire pour partager vos expériences d’atelier et les techniques que vous utilisez régulièrement !

À propos de David & Sacha

Co-fondateurs et associés du WORKLAB

À lire aussi

Approfondir idée brainstorming

Comment approfondir une idée à la suite d’un brainstorming ?

Une nouvelle fois, nous vous proposons une pratique issue de notre kit de survie aux …

4 Commentaires

  1. Bravo pour tous ces trucs et astuces ! Dans la catégorie « outils pour stimuler la créativité », vous pouvez découvrir également 2 modules que j’ai conçus : la Perle et la Méduse. Il sont très faciles à mettre en oeuvre ! Retrouvez-les sur : http://www.slideshare.net/pascaldubois/presentations‎
    Pascal Dubois
    Consultant Formateur en Management de la Créativité