Restitution dynamique : la technique secrète pour des restitutions efficaces

Fin d’atelier….On a presque fini. On a bien travaillé, plusieurs sous-groupe ont phosphoré dans leur coin, gribouillé plein de choses, écrit plein de post-it, réalisé de superbes posters….

C’est le moment, de partager cela avec tout le monde et de donner à voir à tous, ce que chacun a produit. Et là, on entend :

  • « Alors nous dans notre groupe, on s’est dit que… »
  • « Nous dans notre groupe, on s’est dit que…. »
  • « Nous dans notre groupe on s’est dit que… »

Vous avez déjà vécu ce genre de restitution ? Des sessions à la fois très répétitive (pour peu que chaque groupe ait réfléchi sur le même sujet), impressionnante (quelqu’un parle devant toute l’assemblée), plutôt longues (même en contraignant le timing), et franchement assez rébarbatives… Et chacun écoute passivement en attendant le mot de clôture. Je grossis le trait mais ça devrait faire écho à des situations vécues.

Alors pour les principales règles de bonne conduite concernant ces temps de restitution, je vous conseille déjà la lecture du très bon article de Margaux sur le sujet.

Mais pour aller plus loin, voici une nouvelle technique, testée et approuvée : la restitution dynamique

Comment ça se passe ?

Nous allons prendre l’exemple d’un évènement de 4 groupes de 8 personnes. Les 4 groupes ont donc travaillé toute la journée, avec les mêmes 8 personnes sur des sujets différents (Oui, c’est le dernier séminaire que j’ai animé).

Préparation de la restitution dynamique :

  1. Assurez-vous d’avoir autant de couleurs de gommettes que de groupes (soit ici 4 couleurs différentes), autant de gommettes que de participants, équitablement réparties (ici 32 gommettes, 8 de chaque couleur).

Lancement de la restitution dynamique :

  1. Quelques minutes avant la fin des ateliers, distribuez les 8 gommettes, 2 de chaque couleur, dans chaque groupe et demandez-leur de se les distribuer (et de les coller par exemple sur leur main pour les conserver jusque la fin).
  2. Au moment de lancer la phase de restitution, assurez-vous que chacun détient bien sa gommette, et demandez-leur de venir se répartir selon leur couleur sur chaque lieu d’atelier (pour plus de facilité, on va considérer, qu’ils travaillaient en sous-groupe sur des tables) : « les jaunes, c’est par ici !, les verts, par ici ! » etc… 

Nous obtenons des nouveaux groupes comprenant des personnes de chaque atelier, équitablement réparties.

Déroulement de la restitution dynamique :

  1. Une fois chaque nouveau groupe constitué, on lance les restitutions avec un durée annoncée (à vous de la déterminer en fonction : du temps qu’il vous reste, du temps que vous estimez nécessaire au vu de la production, et de votre volonté de laisser plus ou moins de place à l’échange) et un objectif de restitution (l’article de margaux). Ce sont les personnes qui ont travaillé sur cette table de restituer à ce nouveau groupe le contenu de leurs échanges ou de leur production.
  2. Une fois le temps imparti, munissez-vous de votre gong, clochette, ou de votre plus belle voix (question de conviction, mais au Worklab en tout cas, on évite le sifflet), et faites tourner les groupes. Toute l’équipe se déplace alors et ce sont les personnes ayant travaillé sur cette nouvelle table qui prennent la parole.
  3. Et ainsi de suite, jusqu’à ce que chaque groupe ait circulé sur chaque table.

Bien entendu, cela ne fonctionne que si vous avez un nombre de personne par groupe supérieur ou égal au nombre de groupe.

Deux cas de figure :

  • 6 groupes de 6 personnes, 4 groupes de 8 : ici le compte et la répartition sont faciles à calculer….
  • Quand c’est entre les 2 : 6 groupes de 10 personnes par exemple, ça vous demandera un peu plus de temps de réflexion mais je vous jure que faire des groupes équilibrés avec une ou 2 personnes de chaque groupe, c’est une équation possible !

Autre précision : ce système avec des gommettes est pertinent si les groupes se sont constitués de façon aléatoire lors de l’évènement. Si vous avez constitué les groupes à l’avance, vous pouvez aussi prévoir en même temps la constitution et la répartition des personnes dans ces groupes de restitution. Leur gommette, leur couleur ou leur petit nom de groupe figurant par exemple sur le badge livré à l’accueil.

Conclusion :

La restitution dynamique nous semble présenter de nombreux avantages :

  • Être plus active que les restitutions classiques– les gens bougent dans l’espace
  • Rendre chacun responsable et légitime pour porter la parole de son groupe
  • Faire tourner la parole et impliquer plus largement (sur une même table, un même atelier, ce sont différentes personnes qui vont le présenter à chaque round, favorisant ainsi l’appropriation)
  • Faciliter la prise de parole (on parle devant des petits groupes et pas devant toute l’assemblée)
  • Mixer encore une fois les groupes et favoriser la connaissance de nouvelles personnes
  • Pouvoir contrôler le timing (à vous d’annoncer la durée des rounds et de faire respecter la bonne circulation des groupes en fonction de la durée souhaitée)
  • Si le timing le permet et que l’on laisse un peu de temps pour échanger, c’est un moment d’enrichissement important que d’écouter les réactions des autres groupes à ce que l’on a produit.
  • On obtient une restitution orale complète en s’insérant et suivant le parcours d’un groupe (par exemple pour l’équipe de direction qui viendrait à la fin écouter ce qui a été produit durant la journée).

Bref, une nouvelle méthode testée et approuvée !

À propos de David & Sacha

Co-fondateurs et associés du WORKLAB

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *